CROISSANCEPLUS

19 mars 2014

EDITORIAL DE MONSIEUR ANICET BONGO

 

 

 

BATIR L’AFRIQUE AVEC LES RECETTES DE LA CHINE

Les fondamentaux de l’économie chinoise

 sont transposables en Afrique

 

Le débat a suscité beaucoup de controverses. Très souvent nos décideurs et certains économistes ont voulu à chaque fois mettre en avant l’argument des spécificités ou des traditions chinoises pour démontrer cette transformation économique du pays. Et à côté de cet argumentaire, nombre d’entre eux expliquent la nécessité pour l’Afrique de ne pas copier in extenso le modèle chinois. Mais lors de mon récent séjour en Chine, il m’a semblé que ce poids des traditions ne pèse pas si lourd que cela dans la magie de cette transformation économique chinoise. J’ai pu observer que le modèle chinois – sur certains fondamentaux – est parfaitement transposable dans nos pays africains. Il suffit d’une volonté concertée de nos dirigeants. Je vous explique pourquoi.

Commençons par le poids économique réel de la Chine dans le monde. La Chine fournit 33 % de la croissance mondiale. Dirigée par le parti communiste depuis 1949, la Chine s'est dirigée depuis la fin des années 1970 vers ce que le pouvoir appelle une « économie socialiste de marché ». Le secteur public continue à tenir une importante place dans la vie économique mais les entreprises privées y jouent un rôle croissant et le pays s'est fortement intégré dans le système économique mondial. Depuis 2001, la Chine est membre de l'Organisation mondiale du commerce.

Si l'agriculture occupe toujours une grande partie de la population active (soit, en 2010, 39,5 % de la main-d'œuvre chinoise), elle ne contribuait qu'à 9,6 % du PIB en 2010. L'industrie en revanche prend une place prépondérante : elle emploie environ 27 % de la population active et est le secteur le plus prolifique en Chine avec une production de presque la moitié de la richesse nationale, soit près de 47 % du PIB. Le fort excédent commercial provoqué par les exportations industrielles a permis au pays de se constituer des réserves de change qui atteignaient officiellement environ 2450 milliards de dollars en juin 2010. Ces réserves donnent au pays une puissance financière considérable.

Du coup, on constate que la Chine a su profiter de sa main d’œuvre abondante et bon marché pour développer son secteur agricole (40% de la population) afin de résoudre le problème de l’insuffisance alimentaire et de la cherté de la vie. Ensuite, on remarque que le pays s’est lancé dans la construction des industries (27% de la population) pour une production en masse à bas prix. Ce qui a permis de booster ses exportations. Tenez ! Depuis les années 1980, la Chine est ainsi devenue progressivement un acteur majeur d'abord dans les industries de main-d’œuvre, industries textiles et objets manufacturés de basse qualité, conservant des prix très bas grâce à une main-d’œuvre nombreuse et bon marché ainsi qu'à un taux de change très compétitif, lui valant le surnom d’« atelier du monde ». L'ouverture économique chinoise repose sur des Zones économiques spéciales (ZES), zones de territoires offrant des conditions très avantageuses pour les firmes multinationales, mais les obligeant à laisser leurs technologies en cas de délocalisation des usines. Ces zones occupent maintenant presque tout le littoral chinois.

Pour résumer, la Chine a ouvert son économie à l’extérieur avec la création des industries et plus précisément avec la mise en place des zones économiques dont le principal avantage était l’obligation d’un transfert de technologie. Cela semblait au départ très amusant pour les grandes économies occidentales. La Chine s’est montrée accueillante pour les investisseurs du monde en leur offrant une main d’œuvre bon marché ainsi que des avantages fiscaux considérables. Et au fil des années, pendant que des grandes entreprises délocalisaient vers la Chine et amassaient des fortunes, en retour et sans le réaliser, elles laissaient à la Chine ce qu’elles avaient de plus cher, leurs technologies.

Au regard de cette analyse, on constate que les traditions chinoises n’ont pas été de manière systématique la clé de leur développement, il s’est agit avant tout d’un état d’esprit développé et inculqué aux populations par les dirigeants. Il a été d’abord question de la maîtrise ses métiers de base et ensuite des métiers nouveaux avec la création des zones économiques. La Chine a mis en avant des secteurs clés de l’économie notamment, l’Education, l’encadrement et l’assistance tout en donnant une deuxième chance et même troisième chance aux populations.

Cette approche économique place l’Homme au cœur du dispositif de développement et s’appuie sur les prédispositions naturelles, morphologiques, caractérielles, physiques, mentales du peuple. De plus, sur le plan organisationnel, une machine intransigeante, sévère et rigoureuse a été mise en place dans les premières années de la stratégie. Pour cela, il a fallu le sacrifice d’une ou de deux générations pour garantir la qualité des hommes et des femmes de demain. Les grands axes stratégiques ont été les suivants :

 

(1)   La formation qualifiante et non forcément diplômante, c’est un aspect négligé dans nos états en Afrique noire ;

(2)   Le renforcement de la maitrise des langues étrangères et principalement l’anglais, en plus du développement des langues locales pour garder leur identité ;

(3)   La meilleure orientation du contrôle et de la dépense publique pour optimiser l’efficacité et les résultats ;

(4)   La création de grands centres de formation et de perfectionnement des métiers de base technique, agricole et technologique ;

 

Enfin, du fait de leur grand nombre et des mœurs et traditions trop proches de l’instinct animal, le contrôle des naissances a été instauré, réduisant ainsi les charges du panier de la ménagère et réduisant les disparités sociales. Cette démarche mérite fortement une analyse systémique par nos dirigeants. Il y a avant tout le côté stratégie de développement qui – sur les fondamentaux – sont transposables à nos pays africains. A condition que nos dirigeants réussissent à se donner la main, les peuples suivront l’exemple. Ensuite les économistes pourront réaliser des études pour ainsi déceler les mécanismes d’appropriation et d’adaptation à nos environnements culturels, économique, technologique et politique.

 

 

Posté par croissanceplus à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


BUSINESS GROUPE OBANY / GROUPE MACSTEEL

 

Visite_Macsteel

 

 

 

INVESTISSEMENTS ETRANGERS AU GABON

Bientôt un partenariat entre le Groupe Obany

et  Macsteel Group (Afrique du Sud)

 

Le Groupe Obany, entreprise gabonaise opérant dans diverses activités, pourrait - dans les mois qui viennent - frapper un grand coup ! Cette démarche puise sa source dans un souci constant d’accompagner le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba dans sa détermination de faire du Gabon un pays Emergent. L’entreprise Gabonaise dénommée Groupe Obany vient d’avoir des discussions très poussées avec la plus grande société privée au Monde de production et de fabrication de Fer située en Afrique du Sud. L’entreprise Sud africaine compte plus de 10 000 employés pour plus de 100 usines dans le monde. C’est lors de son récent séjour dans ce pays doté d’un dynamisme économique incontestable que le PDG du Groupe Obany, Anicet Bongo a peaufiné ce dossier qui – pour lui – pourrait être capitale pour notre économie.

Maxime KAMGA F.

Sur invitation des responsables du Groupe Macsteel notamment le Directeur de Macsteel Angola, Monsieur Alex Francisco, Le PDG du Groupe Obany s’est récemment rendu en Afrique du Sud. Au cours de ce séjour, il a visité les installations du Groupe Macsteel dans le but de négocier un partenariat d’internationalisation de la structure.  Les échanges entre les deux entreprises sont très avancés ! Au cours de leurs discussions, les responsables de Macsteel Group ont confié avoir continué – malgré la conjoncture difficile en Afrique du Sud ces dernières années – à se déplacer avec leurs programmes pour améliorer la productivité, la sécurité, les normes de la métallurgie et d’ingénierie et leurs capacités technologiques, tout en élargissant leurs activités en Afrique sub-saharienne. Il faut noter que cette entreprise opère déjà dans près de 8 pays en Afrique notamment le Ghana, la Zambie, le Malawi, la Mozambique, la Namibie, l’Angola, le Swaziland. Au Gabon, Macsteel est présente mais de façon très timide. Le Groupe est fournisseur de deux structures privées au Gabon. D’où la démarche du PDG du Groupe Obany qui a décelé  en cette entreprise d’énormes opportunités dont pourrait bénéficier le Gabon pour accélérer les chantiers en cours.

 

TOUT SUR MACSTEEL GROUP

Macsteel Group est composé de plusieurs filiales dotées chacune d’un professionnalisme incontestable. Nous allons vous présenter - de façon synthétique à travers un tableau - une dizaine de ces filiales ainsi que les opportunités qu’elles pourraient offrir au Gabon.

Il est important de souligner que tous ces produits et services peuvent être distribués par l'entremise de 72 succursales du Groupe Macsteel dans toute l'Afrique sub-saharienne. L’entreprise Sud-africaine ainsi que ces différentes filiales jouissent de l'expérience, les connaissances et la souplesse de mettre en place des installations dans les régions éloignées partout dans l'Afrique subsaharienne. Des opportunités dont pourrait profiter le Gabon par l’entremise du Groupe Obany  pour accélérer ses chantiers visant à faire du Gabon un pays Emergent. Croisons les doigts pour que ce partenariat soit ficelé dans les prochains mois et que le Groupe Obany bénéficie ensuite du soutien de l’Etat et du gouvernement afin de tirer le maximum d’opportunités pour notre pays.

 

FILIALES

SPECIALITES

 

 

MACSTEEL TRADING

 

Premier vendeur et distributeur d’acier en Afrique du Sud

 

 

MACSTEEL COIL PROCESSING

 

Traitement avec précisions de bobines et feuilles plates aux normes internationales les plus élevées

 

MACSTEEL TUBE

AND PIPE

 

 

Un des principaux producteurs des tubes soudés et tuyaux structurés aux normes de qualité et de classe mondiale

 

MACTEELS EXPORTS

 

 

 

Un large éventail de services Macsteel Centres SA de produits  manufacturés à valeur ajoutée sont vendus et distribués à l'international via exportations MACSTEEL.

MACSTEEL FLANGES

 

 

Important distributeur et transformateur de brides métalliques de précision

 

 

MACSTEEL VRN

 

Leader de la distribution et de traitement des aciers spécifiques d'application

 

 

MACSTEEL ROOFING

 

Spécialiste des toitures en métal et profilés à froid

 

MACSTEL FLUID CONTROL

 

Cette filiale fournit une gamme complète de systèmes de contrôle des fluides

 

MACSTEEL SPECIAL STEELS

 

 

Fabrication, valeur ajoutée et distribution des aciers spéciaux de haute qualité

MACSTEEL REINFORCING

Renforcer l’Avenir de l’Afrique : A travers la fabrication, la distribution et l’installation de l’acier d’armature.

 

 

 

Posté par croissanceplus à 09:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

05 février 2014

 

croissance 148-2

Posté par croissanceplus à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2014

GABON 2014 LES HOMMES LES PLUS PUISSANTS

croissance 148-5

Posté par croissanceplus à 22:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

GABON 2014 LES HOMMES LES PLUS PUISSANTS

croissance 148-5

Posté par croissanceplus à 22:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


LIBREVILLE VUE PAR LE CABINET OXFORD ECONOMICS

 

 

RAPPORT DU CABINET OXFORD ECONOMICS

Libreville, ville africaine la plus riche par habitant en 2030

Les grandes métropoles africaines qui devraient voir leur population augmenter fortement, avec 300 millions d'habitants en plus d’ici 2030, seront «le prochain grand marché de consommation de masse dans le monde», souligne un rapport publié le 8 novembre par le cabinet Oxford Economics. Intitulé «Continent remarquable: les opportunités futures dans les villes africaines», ce rapport révèle que la croissance économique en Afrique  devrait dépasser d’ici 2030 celles de l’Asie, de l’Amérique latine et de la Russie.

De notre confrère de l’Agence Ecofin

De 2012 à 2030, la hausse du PIB annuel du continent serait ainsi légèrement supérieure à celles de l'Asie, à 4,8% en moyenne par an, contre 4,6%. Et les grands centres urbains deviendront le principal moteur de cette croissance économique rapide. Aujourd'hui, les 96 grandes villes africaines réparties sur 43 pays  étudiées par Oxford Economics représentent  près de 36% du PIB total du continent, soit environ 700 milliards de dollars. En 2030, le PIB de ces villes va  plus que doubler, pour atteindre 1700 milliards de dollars, selon les projections du cabinet indépendant leader en prévisions économiques et en études quantitatives.

 

Cette hausse  du PIB sera accompagnée par un boom démographique. La plupart des 96 villes africaines étudiées vont voir leur population augmenter très fortement.  51% de ces villes connaîtront une croissance démographique de plus de 50% d'ici 2030.

Selon Oxford Economics, les cinq villes à plus forte croissance seront Johannesburg (Afrique du Sud), Le Caire (Egypte), Luanda (Angola), Lagos (Nigeria) et Le Cap (Afrique du Sud).

Le nombre d’habitants de Lagos va ainsi plus que doubler d’ici 2030, pour atteindre 25 millions d’âmes. Ce sera alors la plus grande ville du continent. Au total, les grandes villes africaines vont compter 300 millions de personnes en plus, dans dix-sept ans. La hausse du PIB et ce boom démographique que connaîtront les métropoles africaines vont engendrer une explosion de la consommation. «Le volume total des dépenses dans les grandes villes africaines grimpera à 1000 milliards de dollars en 2030, faisant de ces villes la dernière frontière du marché de consommation de masse dans le monde», a déclaré Adrian Cooper, PDG d'Oxford Economics.

Les dépenses liées à la consommation devraient doubler  dans des villes comme Johannesburg  et le Caire d'ici 2030. Des villes actuellement moins importantes en termes de taille comme

Luanda et Huambo en Angola, et à Abuja au Nigeria  verront leurs dépenses  multipliées par trois ou cinq. Le type de dépenses devrait aussi varier d’une ville à l’autre.

A Lagos, la nouvelle classe moyenne achètera surtout des produits de première nécessité. D’ici 2030, chaque habitant devrait ainsi doubler ses dépenses de nourriture.

A Luanda, en revanche, où la classe moyenne devrait être un peu plus aisée, le niveau des dépenses alimentaires devrait diminuer de moitié par rapport à la consommation totale, tout en continuant à croître en terme absolu. Les dépenses dans les restaurants, les hôtels et les activités de loisirs devraient, elles, être multipliées par dix dans la capitale angolaise.

Cette analyse des futurs types de consommateurs, ville par ville, sur le continent le plus prometteur au monde, est une vraie mine d’or pour les sociétés qui ont des ambitions en Afrique.

 

 

Selon le TABLEAU CI-APRES

 

En 2030, la ville la plus peuplée serait Lagos, la plus importante sur le plan économique serait Johannesburg et la plus riche par habitant serait Libreville.

 

 

 

Posté par croissanceplus à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

BREVES ECONOMIQUES CROISSANCE+

 

BUDGET 2014 / OFFICE DES PORTS ET RADES DU GABON (OPRAG

                                    15,4 milliards de F CFA

Réunis en Novembre 2013, les membres du Conseil d’administration de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag), ont indiqué que le budget 2014 fixé à 15,4 milliards de F CFA  se fonde de manière réaliste sur des hypothèses de conjoncture internationale et sur une conjecture nationale marquée par un accroissement du flux des investissements directs étrangers ( IDE), le renforcement et l’intensification des grands travaux d’équipement particulièrement dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, des chantiers miniers et forestiers. Les questions de sécurité et de sûreté étant au cœur de la problématique portuaire au Gabon depuis le piratage effectué en rade pétrolière à Port-Gentil au mois de juillet, les objectifs du budget 2014 portent fondamentalement sur deux axes : la sécurisation des ports et la mise en œuvre des dispositions de la loi 022/2011 du 24 février 2012. L’aspect sécuritaire occupera une place prépondérante. Les mesures de sécurité et de sûreté des installations seront améliorées avec le renforcement des unités de gendarmerie aux entrées ainsi que la mise en place d’une nouvelle unité de gardiennage.

 

 

 

 

LANCEMENT DES TRAVAUX DU GRAND MARCHE DE LIBREVILLE

Ce sera dans les jardins d’Ambre de la peyrie

 

Le Ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, a récemment procédé au lancement des travaux du Grand Marché de Libreville (GML) dans les jardins de la Peyrie en présence des autorités municipales en tête desquelles le Maire de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane. Les travaux du Grand Marché de Libreville, seront financés par des investisseurs privés à hauteur de 27 milliards de francs CFA. Site choisi : la Peyrie (70.000m2) dans le 3ème arrondissement de la commune de Libreville par le Ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou. Cet investissement totalement privé est réalisé sous bail pour 50 ans par l’entreprise Webcor et sera livré en décembre 2015. Selon les autorités, ce nouveau marchéIl permettra de créer 1000 emplois en plus des 3000 commerçants qui y seront installés. Egalement, le projet qui permettra de désengorger la ville avec la position du site du marché actuel

 

 

 

 

PARTENARIAT  SEEG/ BICIG

Possibilité désormais de payer sa facture de courant par téléphone

Le nouveau procédé s’appellera MOBILEDAN.  Le paiement de l’électricité pour les détenteurs du compteur Edan est désormais possible par téléphone mobile. Un partenariat entre la Bicig et la SEEG, finalisé le 15 novembre lors de sa signature, a permis la mise au point d’un nouveau procédé de paiement dénommé MOBILEDAN. En raison d’une croissance continue de 6% depuis 2012, due à la forte demande des branchements électriques basse tension, la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) a souhaité, avant la fin de l’année en cours, innover dans le domaine du paiement de l’électricité pour certains de ses abonnées. En effet, dans le cadre sa mission de service public, et dans le souci de faciliter davantage le paiement de l’électricité à ses clients, la SEEG a mis au point un système de paiement par téléphone mobile. Ainsi, les abonnés du service de l’électricité basse tension, notamment ceux équipés d’un compteur à prépaiement (le compteur Edan) pourront désormais payer leur électricité par le biais du téléphone mobile. Selon les deux parties, cette solution multi-opérateur permettra à la SEEG de simplifier la tâche à ses clients où qu’ils soient, à toute heure, et permettra par ailleurs d’en finir avec les nombreuses difficultés rencontrées dans les lieux d’achat classiques. D’autant plus que le service est accessible quelque soit le modèle de téléphone et ne nécessite aucune transformation de téléphone ni installation de logiciel, si n’est d’une simple souscription à Bicig Mobile.

 

Posté par croissanceplus à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 décembre 2013

CROISSANCE+ REND HOMMAGE A NELSON MANDELA

MANDELA AUREVOIR

 

 

 

 

Chers amis, lecteurs
Cette nuit l'Afrique a vu une de ses lumières s'éteindre. NELSON MANDELA L'imprévisible nous a pris tous de court. Même si on s'y attendait plus ou moins. Au fond de nous, chacun se disait : il va remporter ce combat face à la maladie et il vivra encore et encore pour nous aider à relever cette Afrique titubante. Mais le destin en a décidé autrement. AUREVOIR MADIBA et merci pour tout ce que tu as fait pour nous, les Africains. Transmets cette reconnaissance là haut à Martin Luther King, à Malcom X, et à tous les résistants qui ont eu le courage d'affronter de face nos tortionnaires. un combat qui a permis de libérer nos mains des chaînes. de redonner un espoir à nos familles. le chemin est encore long. mais tu nous a aidé à franchir de nombreuses étapes. L'Afrique deviendra plus grande quand elle comprendra la nécessité d'unir ses fils et d'aller au combat avec tous ses bras.

Veilles sur nous MABIDA 

Posté par croissanceplus à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 décembre 2013

BONNE ANNEE 2014

croissance 148-8

Posté par croissanceplus à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]