LA CREDIBILITE DE LA SIGNATURE GABON

DE 2013 à 2016

ACTES POSES PAR L’ETAT GABONAIS

RAISONS DE CET EMPRUNT

RESSOURCES PROPRES DE L’ETAT

SITUATION DU PAYS (INTERIEUR ET EXTERIEUR)

ASSURANCES DE L’ETAT GABONAIS

 

Juillet 2013

Lancement d’un emprunt obligataire sur le marché sous-régional.

Montant : 508 milliards de francs

 

 

Urgence pour l’Etat de mobiliser des financements pour la mise en œuvre du PLAN STRATEGIQUE GABON EMERGENT 2012-2016.

Ce plan vise à doter le pays d’infrastructures modernes :

 

-          Modernisation des Aéroports

-          Infrastructures routières

-          Développement de la capacité de production énergétique

-          Infrastructures de Télécom

 

 

 

Revenus issus des matières premières

(pétrole-bois-manganèse etc)

 

 

 

Recettes fiscales hors matières premières

 

 

 

A l’intérieur, plusieurs Chefs d’entreprises parlent de contrats non-réglés par l’Etat.

(Dette intérieure pas totalement honorée)

 

 

 

 

 

 

 

POSITION DE LA DIRECTION GENERALE DE LA DETTE

(1)

(lire Ci-dessous)

 

 

 

Année 2008

100 milliards de francs empruntés déjà sur le même marché Cemac

 

Le FMI parle de prévisions moins alarmistes et annonce des perspectives de croissance favorables grâce à la bonne tenue des cours de matières premières

 

FIN Décembre 2012

L’encours de la dette extérieur du GABON se situe à 1 481,8 milliards de francs soit 16,8 % du PIB en 2012

 

 

 

ENJEU ECHEANCE 2016

 

L’année 2016 – date butoir de ce plan stratégique - marque aussi la fin du mandat du pouvoir actuel.

D’où l’urgence de préparer un bilan positif ou défendable pour les prochaines élections

 

CONSTAT

 

Ressources propres insuffisantes pour réaliser le plan stratégique Gabon Emergent.

D’où d’autres emprunts à engager d’ici à 2016

 

Les agences de notations internationales soulignent une incapacité du Gabon à honorer ses engagements financier au cours des prochaines années.

(Signature Gabon peu crédible selon Standard & Poors)

 

 

 

POSITION MINISTERE DU BUDGET

(2)

(Lire ci-dessous)

 

 

(1)     DG DE LA DETTE : « Les indicateurs de la dette publique gabonaise soulignent que le pays dispose globalement de marges de manœuvres appréciables en matière d’endettement. Par ailleurs, en dépit des emprunts importants que le gouvernement entend mobiliser jusqu’en 2016, le taux d’endettement public restera inférieur à 35 % au-delà de 2017…

Malgré la réorientation de la politique d’endettement public du Gabon à partir de 2008, celle-ci est restée prudente car soutenue par un certain nombre de règles prises pour encadrer les émissions de la dette souveraine »

 

(2)  MINISTERE DU BUDGET : « l’analyse des indicateurs macroéconomiques est globalement satisfaisante : croissance économique soutenue (7,7 % prévue entre 2013 et 2017) ; taux d’inflation moyen inférieur à 3 % sur une longue période ; amélioration notable de ma mobilisation des recettes fiscales hors-pétrole ; hausse des crédits à l’économie de 14,5 % et 15,4 % entre 2008 et 2012 avec des perspectives favorables pour 2013-2017 ; système bancaire sain et solide ; investissements soutenus. »